DNCA
CAC 40 Perf Jour Perf Ytd
5576.06 -0.28% +17.87%

Aviva Investors

Perf. YTD
Diversifiés/Flexibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Sanso IS

Perf. YTD
OPCVM Actions

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Perf. YTD
OPCVM Absolute Return

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Le Président de Primonial Stéphane Vidal s’exprime après le rachat de 100% de la Financière de l’Echiquier…

Publié le

 

http://files.h24finance.com/jpeg/Primonial%20LFDE%20Vidal.jpg

En marge de la conférence annuelle Primonial Partenaires, Stéphane Vidal (Président de Primonial) est revenu sur l’actualité du groupe

 

 

« Je ne devais pas intervenir aujourd'hui mais on entend et on lit beaucoup de choses sur Primonial en ce moment : des choses vraies, d’autres presque vraies, d'autres fausses » explique-t-il, estimant que le groupe Primonial a évolué ces dernières années, mais dans le bon sens. L’objectif est unique : contenter le client.

 

Or, à l’été 2016, une accélération a semblé nécessaire...

 

 

Un déploiement ambitieux…

 

Le 1er axe de développement était de faire croître le groupe de façon organique. « Et je ne parle pas que de chiffres mais aussi de l’aspect qualitatif des choses : il faut continuer à améliorer notre relation clients ou encore investir dans les Hommes et la technologie car aujourd’hui, dans un groupe comme le nôtre, il faut beaucoup investir » précise Stéphane Vidal. Le 2ème axe stratégique était de densifier les classes d’actifs où Primonial n’était pas assez présent. Enfin, le 3ème axe était "l’européanisation" du groupe. « Ce n’est pas une danseuse. Je crois qu’en tant que dirigeant d‘entreprise, on doit se dire que si dans 4 ou 5 ans on fait entre 30% et 40% de notre chiffre d’affaires en dehors de la France, nous aurons dé-risquer le modèle du groupe Primonial » considère-t-il.

 

Pour accélérer sur ces deux derniers axes, Stéphane Vidal avait besoin de moyens supplémentaires pour aller plus vite et atteindre les ambitions fixées. C’est la raison pour laquelle le fonds d’investissement Bridgepoint a pris 52,5% de la société début 2017 afin de leur permettre d’avoir un effet de levier sur la politique d’acquisition. « Nous gérions 1,5 milliard d'euros d’asset management en interne et souhaitions nous porter acquéreur d’une entreprise qui gérait entre 1 et 2 milliards €. On s’est positionné sur la Financière de l'Echiquier… qui en gérait pourtant 8. Mais c’est parce qu’on est tombé amoureux de la structure, des équipes et de ses dirigeants » relate Stéphane Vidal.

 

Il y a un an, la cession de 40% du capital à Primonial a permis à la Financière de l’Echiquier (LFDE) de se rapprocher d’un groupe indépendant, entrepreneurial et qui n’est pas financé par une banque ou une assurance. Car la succession des entreprises est un vrai sujet selon Stéphane Vidal : « On le voit aujourd’hui avec une autre extrêmement belle entreprise qui s'appelle Carmignac et qui est face à une succession qu’il faut mettre en œuvre. Je crois que dès l’été 2017, Didier Le Menestrel et Christian Gueugnier [Ndlr H24 : co-fondateurs de la Financière de l’Echiquier] ont anticipé cela : comment faire pour que cette belle entreprise dont ils sont si fiers continue à exister de façon indépendante, qu’elle garde cette marque et survive à ce qu’ils ont fait pendant 28 ans ? »

 

En parallèle de cela, Primonial s’est porté acquéreur d’un asset manager immobilier allemand spécialisé dans la santé, Aviarent Capital Management, et est devenu actionnaire à 100% de Primonial REIM en reprenant les 30% détenus par U.F.F. Banque. « Tout ça pour vous dire que l’on n’a pas chômé. Ce qu'on avait prévu de faire en presque 4 ans on l'a réalisé en 18 mois ! » insiste Stéphane Vidal.

 

 

…et qui accélère en 2019 avec le rachat de 100% de la Financière de l’Echiquier !

 

Revenant sur l’accord avec la Financière de l’Echiquier, le Président de Primonial décrit une opération naturelle. « Un très bel asset manager avec un très beau distributeur, c’est quand même pas un mariage complétement inopiné. Quand on met dans une même salle des talents dans la gestion avec une distribution forte, bien organisée et assez puissante, ça reste de la bonne synergie » se réjouit Stéphane Vidal.

 

Il trouvait ainsi dommage de ne pas accélérer, or n’avoir que 40% de la Financière de l’Echiquier était un frein à cette ambition. Les deux acteurs avaient prévu de rediscuter à horizon 2020 d'une montée au capital mais le début des synergies entre eux, le potentiel de cette association et le contexte actuel a amené Primonial à avancer ce calendrier. « J’en ai parlé à Didier Le Menestrel et Christian Gueugnier il y a quelques semaines car il nous a semblé logique que l’on entraîne LFDE dans la dynamique du groupe, surtout si on fait une opération qui continue à nous pousser et qui va nous permettre d’aller faire ce que l’on veut faire en Europe. Moi je n’ai jamais créé d’entreprise, mais je sais ce que cela peut représenter, de se dire du jour au lendemain que l’on se tourne et qu’on va donner les clés de l’entreprise que l’on a créée, c’est un évènement dans la vie d’un entrepreneur et je le respecte beaucoup » commente Stéphane Vidal.

 

Finalement, ce mariage a donc été réalisé un an plus tôt que prévu, et il a demandé à Didier Le Menestrel de rejoindre le groupe en tant que "Senior Advisor" avec comme première mission de continuer pour un temps contraint le challenge qu’il avait avec Frédéric Buzaré, actuel gérant d’Echiquier Agressor. « C’est le bébé de Didier c’est indéniable. Il va continuer de participer au comité stratégique sur la gestion du fonds pour que les choses se passent dans la souplesse. On a la chance d’avoir un groupe hybride qui fait plein de métiers donc on n’est pas là pour normaliser tout car on tuerait cette spécificité. On n’est pas là pour brusquer une entreprise mais apporter, aider et mettre des moyens en commun » affirme le dirigeant de Primonial.

 

 

D'autres opérations en vue ?

 

Primonial est dans une phase d'étude avec des investisseurs voulant les aider à poursuivre ce développement sans pour autant annoncer de nouvelles acquisitions. Avec la période de consolidation qui arrive, l’Entreprise s’est demandée s’il fallait rester ainsi ou alors refaire un tour de table qui donnerait de nouveaux fonds propres et de la nouvelle dette. Stéphane Vidal reconnaît être très sollicité par des investisseurs tout en précisant que rien n'est décidé et que rien n'est fait. « Mais quand des gens viennent vous voir en disant qu’ils veulent vous aider à aller plus vite, la moindre des choses est de les écouter. Moi c’est ce que je fais » admet-il.

 

Si une opération était faite pour le groupe, ce serait pour justement retrouver des capacités de financement, mais pour investir de façon très stratégique. « On n'est pas là pour accumuler des encours. A partir d'une certaine taille, ça ne m'intéresse pas d'ajouter pour ajouter » prévient Stéphane Vidal qui n’exclut cependant pas d’intégrer d'autres structures qui compléteraient leurs offres, que ce soit en termes de produits mais également de services. Il souhaite en particulier investir sur cette dernière partie car il considère que le secteur d’activité est en retard sur cette partie des services.

 

Il concède par ailleurs qu’il aimerait bien développer la dette privée, une offre de Private Equity mais aussi renforcer LFDE, notamment sur la partie thématique. « Ce qui me passionne est comment créer des passerelles entre nous pour essayer de faire le meilleur produit pour nos clients. On a aujourd'hui un atelier de confection qui est assez global et qui nous permettra demain de créer des produits innovants » conclut Stéphane Vidal.



Pour en savoir plus sur Primonial Partenaires, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur La Financière de l'Echiquier, cliquez ici.


@H24Finance
Sycomore
Aviva Investors

Buzz H24


Aviva Investors

Perf. YTD
OPCVM PEA

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Sanso IS

Perf. YTD
OPCVM Obligations Convertibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Sanso IS

Perf. YTD
OPCVM Obligations

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Powered by Morningstar


DNCA