Alken
CAC 40 Perf Jour Perf Ytd
5056.23 +1.73% -15.42%

Perial

Perf. YTD
Diversifiés/Flexibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Financière Arbevel

Perf. YTD
OPCVM Actions

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Alpheys

Perf. YTD
OPCVM Absolute Return

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Fonds thématiques : la solution pour trouver de la performance dans la crise ?

Publié le

Les réponses de Charlotte Peuron (Crédit Mutuel AM), Adeline Salat-Baroux (Edmond de Rothschild AM) et Rolando Grandi (LFDE) lors d'un webinaire organisé par Pierre Bermond, président d'EOS Allocations...

 

http://files.h24finance.com/jpeg/Webinar%20EOS%20LFDE%20EDRAM%20CMAM.jpg

 

 

Intelligence artificielle, transition climatique, vieillissement de la population... les stratégies d'investissement ciblées se multiplient au sein des sociétés de gestion. Bien qu'elles existent depuis longtemps, elles connaissent un fort regain d'intérêt aussi bien auprès de la clientèle privée qu'institutionnelle. Car en plus de répondre à la quête de sens des investisseurs, les fonds thématiques offrent un potentiel de rentabilité très attractif et se sont montrés pour certains particulièrement résilients dans la crise. Miser dessus serait-il la clef pour revenir sur les marchés ? Réponse avec les gérants de trois thématiques.

 

 

Les avantages et les risques de l'investissement thématique

 

Selon Rolando Grandi, gérant spécialiste de l'intelligence artificielle à La Financière de l'Échiquier, les fonds thématiques présentent une multitude d'avantages. Ils permettent non seulement de rendre l'investissement « plus compréhensible, tangible et transparent », mais aussi « d'avoir une plus grande pédagogie vis-à-vis des clients » tout en « favorisant la prise de risque ».

 

L'investissement thématique est aussi un bon moyen de complémenter le travail des gestions classiques. Quand le gérant généraliste « va devoir déterminer, en fonction des attentes des clients, de leur aversion au risque et de leurs anticipations, les tendances qui vont être porteuses pour les mois ou années à venir », le gérant spécialiste va lui « investir sur ces thématiques, sélectionner les bonnes sociétés et trouver les pépites », explique Charlotte Peuron, gérante chez Crédit Mutuel Asset Management. Cette complémentarité de pensée donne « une vraie valeur ajoutée à l'investissement des clients », selon cette experte des matières premières.

 

Attention toutefois à ne pas tomber dans le piège de la surpondération et de l'opportunisme. Charlotte Peuron déconseille d'allouer une trop grande partie de son capital aux thématiques, bien qu'elles soient potentiellement porteuses. Il ne faut pas non plus céder à la tentation « des allers-retours pour essayer de capter des cycles ». Plutôt que de solder entièrement sa position quand le ciel s'assombrit, elle préconise de simplement gérer son poids selon les différents cycles en gardant un horizon d'investissement de long-terme, en adéquation avec la « mégatendance d'avenir » sur laquelle le fonds investit.

 

 

Fonds thématiques : véritable opportunité d'investissement ou simple effet de mode ?

 

Investir sur les thématiques, c'est donc aussi et plus que jamais investir sur le temps long. Tant mieux car les clients des sociétés de gestion semblent retrouver confiance en l'avenir après plus de 3 mois de chahut boursier. Rolando Grandi de La Financière de l'Échiquier observe qu'ils ont profité de cette « période de crise inédite » pour « aller prendre du risque et retrouver un horizon de long-terme ». Le gérant affirme que certains ont même « arbitré du fonds en euros pour se positionner sur l'intelligence artificielle », attirés par les performances du secteur.

 

L'intérêt des investisseurs pour la gestion thématique se fait également ressentir dans le secteur aurifère. Charlotte Peuron, spécialiste de ce segment, note « une croissance des encours et un retour des investisseurs depuis environ 2 ans ». Entre 2015 et aujourd'hui, l'actif de son fonds a été presque multiplié par 8 pour atteindre environ 380 millions d'euros. « Il y a eu une croissance des encours grâce aux bonnes performances du fonds, mais aussi grâce à la collecte nette », insiste la gérante. Preuve que l'investissement dans l'or peut être profitable, Charlotte Peuron a observé dernièrement « des prises de profit de certains investisseurs, qui étaient bien rentrés sur la thématique et qui ont vu leurs positions augmenter fortement avec la baisse des autres marchés ».

 

En mêlant performance et sens, la gestion thématique suscite à raison l'engouement des investisseurs, mais jusqu'à quand ? Ne s'agit-il pas en réalité d'un simple effet de mode ? Adeline Salat-Baroux, gérante chez Edmond de Rothschild AM, réfute cette idée. Lancé en 1985, le fonds thématique dédié à la santé dont elle a la charge aujourd'hui « est le plus ancien de la maison », rappelle-t-elle avant d'expliquer que la crise du Covid-19 n'a fait que « mettre en évidence la croissance structurelle du secteur et sa capacité d'innovation ».

 

A l'image des autres gérants, Rolando Grandi ne croit pas à l'effet de mode autour de la gestion thématique. Malgré tout, ce spécialiste de l'intelligence artificielle insiste sur la nécessité de « distinguer la profondeur d'une thématique » avant d'y investir son argent. « Si mon univers d'investissement comporte trop peu d'entreprises, il s'agira alors d'une thématique de niche et donc potentiellement d'un effet de mode », argumente le gérant. Aussi, il est essentiel de « comprendre les dynamiques sous-jacentes ». Typiquement, la crise du coronavirus a entraîné l'essor du télétravail, mais les changements d'habitudes récents des travailleurs ne persisteront peut-être pas autant qu'on l'imagine une fois celle-ci résolue, explique le gérant. C'est pourquoi, il « ne lancera pas un fonds thématique sur le télétravail aujourd'hui ».

 

 

Des valorisations attractives ou démesurées ?

 

Effet de mode ou pas, les investisseurs s'engouffrent dans l'investissement thématique à tel point que la question de la valorisation commence à se poser. A La Financière de l'Échiquier, le fonds dédié à l'intelligence artificielle affiche un ratio cours/bénéfices de 32. Un multiple élevé auquel « il faut donner du contexte », explique Rolando Grandi. « Les croissances de bénéfices des entreprises en portefeuille sont en moyenne de 25% par an sur chacune des trois années à venir », poursuit le gérant, laissant présager une appréciation des actifs à moyen terme. Dans le même temps, son indice de référence affiche des multiples plus bas mais avec des croissances bien plus faibles : « finalement, vous payez la croissance plus chère sur un indice généralisé que sur un fonds thématique qui a cette perspective de croissance devant lui ».

 

Sur le créneau de la santé, la question des valorisations est même à prendre à l'envers puisqu'elles seraient très attractives. Adeline Salat-Baroux d'Edmond de Rothschild AM affirme que « le secteur était très en retard et les valorisations, en dépit de la surperformance récente, présentent une décote de l'ordre de 20% par rapport au marché ». Son conseil : investir dès maintenant car « ce secteur est en croissance structurelle forte ».

 

Enfin du côté du secteur aurifère, les valorisations sont loin d'être sur des plus hauts historiques. Charlotte Peuron explique que l'on est encore « dans de basses eaux de valorisation au niveau des mines d'or par rapport au cours de l'once ». Et le potentiel d'appréciation est important : « Le re-rating du secteur ne fait que commencer, après un de-rating qui avait été très violent et fort ». La hausse du cours de l'or, « dépendant des taux d'intérêts réels américains », bénéficie aux sociétés aurifères qui depuis plusieurs années avaient baissé leurs coûts de manière drastique. « Cela amène à une phase d'extension des marges », se félicite la gérante de Crédit Mutuel Asset Management. Conclusion, pas d'inquiétude pour le secteur aurifère : « Le bilan des sociétés est solide, elles ont de la trésorerie et sont dans la capacité de traverser cette crise. » Reste à voir si tous les investisseurs sauront la surmonter.

 

 

Cet article a été rédigé par la rédaction de H24 Finance pour Boursorama. Tous droits réservés.


@H24Finance
Perial

Buzz H24


Adequity

Perf. YTD
OPCVM PEA

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Financière Arbevel

Perf. YTD
OPCVM Obligations Convertibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Alpheys

Perf. YTD
OPCVM Obligations

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Powered by Morningstar


Alken