Pictet AM
CAC 40 Perf Jour Perf Ytd
5809.73 +0.29% +4.65%

Moneta

Perf. YTD
Diversifiés/Flexibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
 Axiom AI

Perf. YTD
OPCVM Actions

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Montpensier

Perf. YTD
OPCVM Absolute Return

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Pourquoi et comment investir sur les marchés émergents en 2021...

Publié le

Bruno Vanier (Président et responsable de la gestion chez Gemway Assets) a fait un tour d’horizon des marchés émergents pour l’année à venir.

 

http://files.h24finance.com/jpeg/Bruno%20Vanier%20Gemway.jpg

Bruno Vanier : « La reprise pourrait être étalée sur les 2 prochaines années plutôt que concentrée sur 2021 »

 

 

Globalement, la reprise devrait être forte en 2021. Néanmoins, il subsiste des incertitudes sur le déploiement des vaccins et des retards pourraient être observés. La reprise pourrait ainsi ne pas être synchrone.

 

Les pays les moins touchés tels que l’Asie du Nord, la Chine ou la Corée seront les premiers à profiter de la reprise. Viendront ensuite les pays les plus riches. Enfin, les pays émergents n’ayant pas un accès facile aux vaccins pourraient connaître une reprise en 2022. « La reprise pourrait être étalée sur les 2 prochaines années plutôt que concentrée sur 2021 » souligne Bruno Vanier.

 

 

Pour 2021, les émergents ont le vent en poupe

 

  • Le déficit américain est important et devrait continuer de se creuser sous le règne démocrate. De plus, la croissance monétaire américaine a été puissante. Le dollar pourrait donc continuer de s’affaiblir. Or, la faiblesse du dollar s’est toujours révélée positive pour les actions et les devises émergentes.
  • Le yuan se renforce, permettant une vision différente du monde émergent. La Chine s’ancre ainsi comme un pôle de demande important, tant en termes de matières premières que de produits manufacturiers.
  • Les flux font leur grand retour. Entre octobre et février, près de 80 milliards de dollars sont rentrés sur les marchés émergents, soit l’équivalent de 2017 et 2018 cumulés ! « Il faut dire que les investisseurs globaux étaient très sous pondérés émergents, et qu’ils le sont d’ailleurs encore » explique Bruno Vanier.

 

 

Néanmoins, deux risques sont à surveiller

 

  • La politique monétaire américaine pourrait se resserrer. L’évènement à garder en tête est le « taper tantrum ». Lorsque la Fed a annoncé la réduction de son quantitative easing en 2013, les rendements des bons du trésor américain ont bondi. La configuration n’est pas tout à fait la même aujourd’hui avec une inflation pouvant dépasser les 2% mais le risque n’est pas à écarter pour autant.
  • Les taux d’intérêt réels restent bas voire négatifs dans certains pays émergents (Turquie, Indonésie, Hong-Kong…). « Il ne faut pas se dire que les taux vont rester à ce niveau-là ». Avec une baisse de la confiance, une remontée des taux n’est pas à exclure.

 

 

La Chine, première arrivée, première servie

 

En 2020, la Chine a été le seul grand pays à échapper à la récession avec une croissance de +2.3%. Elle a bénéficié d’une bonne maîtrise du covid et de mesures de soutien. De plus, cette reprise séquentielle, démarrée dès le 2ème trimestre, a été tirée par une très forte production industrielle (+7.3% en 2020) et un fort rebond des exportations.

 

En 2021, ce dynamisme devrait se poursuivre :

 

  • La croissance est attendue à +8%. L’effet de base reste très favorable pour les 6 premiers mois.
  • La consommation, toujours en retard par rapport à d’autres économies, devrait s’accélérer.

 

A plus long terme, la croissance chinoise devrait être portée par plusieurs éléments :

 

  • Le revenu disponible par habitant devrait doubler d’ici à 2030.
  • La croissance de la consommation devrait se poursuivre dans les prochaines années.

 

Il reste tout de même des incertitudes :

 

  • Dans un contexte de liquidités abondantes, la Chine se démarque par une politique monétaire orthodoxe. La BOC (Bank Of China) a ainsi annoncé sa volonté de maintenir une politique monétaire stricte. Une hausse des taux est à attendre cette année.
  • La croissance du crédit devrait ralentir cette année mais le gouvernement devrait continuer d’accompagner la croissance.

 

 

Une situation plus mitigée chez les autres pays émergents

 

Les pays du nord s’en sortent le mieux, avec un retour des exportations pour la Corée et Taiwan par exemple. D’autres pays, dont la croissance a été largement négative en 2020, comme l’Inde ou le Brésil continuent de souffrir. Néanmoins, les balances courantes s’améliorent ce qui est un élément positif pour les devises. Une reprise à la hausse de certaines devises faibles comme le roupie, le rand ou le real est ainsi possible. Il faut tout de même rester prudent sur les pays du sud.

 

Finalement, le marché intègre une reprise non synchrone selon Bruno Vanier. Une reprise synchrone avec un déploiement fort et rapide des vaccins impliquerait une tension sur les prix et une repentification de la courbe des taux. Ce scénario paraît moins évident aujourd’hui. Tout cela peut néanmoins changer rapidement et il faut donc rester flexible. Enfin, Bruno Vanier reste confiant sur la Chine, « il y a indéniablement de quoi faire du stock picking ». Il faut cependant rester prudent. Ce marché n’est pas à l’abri de réglementations au niveau de la loi antitrust, notamment pour des grandes entreprises comme Tencent, Alibaba ou Meituan. 

 

 

H24 : Pour en savoir plus sur Gemequity (+13,87% YTD après +22,21% en 2020) et les fonds Gemway Assets, cliquez ici.

 

 

 

Copyright H24 Finance. Tous droits réservés.


@H24Finance
BDL
Moneta

Buzz H24


AXA IM

Perf. YTD
OPCVM PEA

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
 Axiom AI

Perf. YTD
OPCVM Obligations Convertibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Montpensier

Perf. YTD
OPCVM Obligations

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Powered by Morningstar


Pictet AM