H24Finance.com - Actualités



Quel scénario est intégré dans les prix aujourd’hui ? Réponse avec Anne-Laure Frischlander-Jacobson (BNY Mellon IM)...

22/05/2020

 

http://files.h24finance.com/jpeg/Anne-Laure%20Frischlander%202020.jpg

Après la forte baisse sur les marchés en mars et le rebond d’avril, que peut-on attendre des prochaines semaines ? Anne-Laure Frischlander-Jacobson (Directrice Générale de BNY Mellon IM France, Belgique de Luxembourg) livre la vision de la société.

 

 

Anne-Laure Frischlander-Jacobson souligne que, sur les marchés, « le mois de mars a été l’équivalent d’une perte de PIB de 30 000 $ par citoyen américain ». Ainsi, cette crise financière est d’une ampleur similaire à celles de 1929 et 1987, mais contrairement à ces dernières, elle touche toutes les classes d’actifs. Les banques centrales (Fed, BCE...) ont réagi via des rachats d’actifs sans précédent de plusieurs centaines de milliards. Au global, près de 8% du PIB mondial a été déployé.

 

Les différents scénarios envisagés par la gestion

 

 

La probabilité d’occurrence des deux premiers scénarios est envisagée à 35% selon la gestion, contre 20% pour le scénario catastrophique en L et enfin, 10% concernant un potentiel retour de l’inflation.

 

La société de gestion se pose alors une question cruciale : Quel scénario est intégré dans les prix aujourd’hui ?

 

 

Dans ce contexte incertain, Anne-Laure Frischlander-Jacobson préfère rester prudente. Concernant les actions, elle privilégie les sociétés faiblement endettées avec une bonne visibilité. « Nous privilégions la qualité quitte à couper un peu de dividendes », précise-t-elle.

 

Ainsi, le fonds BNY Global Equity Income Fund est surpondéré sur les secteurs des biens de consommation (+12,5% par rapport à son indice de référence) et de la santé (+3,8%). À contrario, le fonds est sous-pondéré sur les secteurs qui devraient rencontrer des problématiques de génération de dividendes. Les trois principales sous-pondérations sont les secteurs cycliques des matériaux (3,7% de moins que l’indice), des financières (-6%) et de l’industrie (-6,8%).

 

Concernant les marchés obligataires, la gestion est persuadée que les taux resteront bas. BNY Mellon IM est confiant sur le segment Investment Grade, sur les obligations souveraines à longue duration et sur le segment High Yield (seulement en courte duration). Les équipes s’éloignent au contraire de la dette émergente libellée en devise locale ainsi que du High Yield à longue duration.

 

Enfin, la gestion rappelle que la diversification est le point clé de la bonne gestion de fonds. Anne-Laure Frischlander-Jacobson cite par exemple, les produits de rendement absolu ou encore l’or.

 

 

Pour en savoir plus sur les fonds BNY Mellon IM, cliquez ici.

 

Copyright H24 Finance. Tous droits réservés.




>> Revenir à l'actualité