CAC 40 Perf Jour Perf Ytd
6600.66 +0.83% +18.9%
Diversifiés / Flexibles Perf. YTD
Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Ginjer Actifs 360 19.63%
R-co Valor 13.49%
R-co Conviction Club 12.61%
First Eagle Amundi International Fund 11.84%
Clartan Valeurs 11.05%
Dorval Convictions 10.06%
Ruffer Total Return International 9.58%
Moneta Long Short 8.95%
VEGA Patrimoine ISR 8.40%
ACATIS GANÉ Value Event 8.07%
Invest Latitude Equilibre 7.52%
R-co Valor Balanced 7.19%
JPMorgan Global Income 6.80%
Clartan Evolution 6.65%
Dorval Global Convictions 6.60%
Tailor Global Selection ISR 6.57%
Carmignac Portfolio Patrimoine Europe 6.57%
Fidelity Patrimoine 6.42%
BGF ESG Multi-Asset 6.17%
Ethna-Dynamisch 6.14%
AXA WF Optimal Income 6.06%
Mansartis Investissements ISR 6.00%
DNCA Evolutif 5.75%
NN (L) Patrimonial Balanced European Sustainable 5.72%
Amilton Solution 5.60%
Eurose 5.50%
Lazard Patrimoine SRI 5.48%
OFI RS MultiTrack 5.33%
Sextant Grand Large 5.13%
ODDO BHF Exklusiv : Polaris Balanced 5.01%
Nordea 1 - Stable Return 5.00%
BNY Mellon Global Real Return Fund (EUR) 4.79%
Auris Diversified Beta 4.73%
Fidelity Global Multi Asset Income Fund 4.55%
Russell MAGS 4.54%
LFIS Vision UCITS Perspective Strategy 4.21%
Threadneedle Euro Dynamic Real Return 4.13%
AXA WF Global Optimal Income 4.07%
Tikehau International Cross Assets 3.81%
CPR Croissance Réactive 3.68%
Sycomore Allocation Patrimoine 3.64%
Echiquier ARTY SRI 3.58%
Jupiter Flexible Income 3.53%
Lombard Odier Funds-All Roads 3.49%
Trusteam ROC Flex 3.48%
EdR Fund Income Europe 3.46%
Richelieu Harmonies 3.45%
VEGA Euro Rendement 3.37%
Haas Epargne Patrimoine 3.36%
Sycomore Next Generation 3.35%
Carmignac Portfolio Emerging Patrimoine 3.06%
Sanso Convictions ESG 3.01%
SLF (F) Multi Asset Moderate 2.52%
M&G (Lux) Dynamic Allocation 2.48%
Dorval Global Convictions Patrimoine 2.42%
JPM Global Macro Opportunities 2.15%
Carmignac Patrimoine 2.04%
Schelcher Croissance 1.90%
Invest Latitude Patrimoine 1.68%
ODDO BHF Polaris Moderate 1.67%
Ecofi Agir Pour Le Climat 1.31%
Ethna-Aktiv 0.98%
GF Fidélité 0.82%
PIMCO GIS Dynamic Multi-Asset Fund 0.23%
Covéa Flexible ISR -0.46%
Vivienne Ouessant -2.15%
OPCVM Actions Perf. YTD
Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Richelieu America 21.05%
EdR Fund Big Data 17.22%
CM-AM Pierre 16.89%
Mandarine Global Microcap 16.07%
BNP Paribas Aqua 15.18%
Russell Investments World Equity Fund 15.15%
Fidelity Sustainable Water & Waste 14.69%
M&G (Lux) Global Listed Infrastructure Fund 14.36%
MS INVF Europe Opportunity 14.32%
Pictet Water 14.32%
M&G (Lux) Global Dividend Fund 14.07%
Threadneedle (Lux) American Fund 13.92%
GIS SRI Ageing Population 13.52%
Aviva Grandes Marques ISR 13.48%
JPM Emerging Markets Small Cap 13.26%
Thematics Water 13.15%
EdR Fund Healthcare 13.13%
OFI Invest US Equity 12.94%
CPR Silver Age 12.86%
Wise World ISR 12.82%
Lazard Actions Américaines 12.77%
La Française Inflection Point Carbon Impact Global 12.11%
Fidelity World 11.51%
Pictet Security 11.28%
Lombard Odier Funds-Golden Age 11.08%
Franklin Technology 10.82%
Legg Mason Martin Currie Global Long-Term Unconstrained Fund 10.01%
BNY Mellon Mobility Innovation Fund 9.16%
Pictet Global Megatrend Selection 9.08%
CM-AM Global Gold 8.77%
Jupiter Global Ecology Growth 8.69%
Athymis Millennial 8.62%
Pictet Digital 8.37%
CM-AM Global Leaders 8.19%
BNP Paribas Climate Impact 7.95%
JPMorgan Global Healthcare 7.94%
AXA WF Framlington Digital Economy 7.70%
Franklin US Opportunities 7.63%
BNP Paribas Health Care Innovators 7.55%
Mirova Global Sustainable Equity 7.51%
Thematics Meta 6.87%
DNCA Invest Beyond Semperosa 6.74%
Covéa Actions Europe Opportunités 6.59%
Thematics AI and Robotics 6.57%
AXA Europe Small Cap 6.54%
M&G (Lux) Positive Impact Fund 6.41%
GemEquity 6.15%
Carmignac Investissement 6.08%
Fourpoints Thematic Selection 6.07%
Thematics Safety 6.00%
BNP Paribas Funds Disruptive Technology 5.88%
BGF Sustainable Energy 5.76%
NN (L) Global Equity Impact Opportunities 5.28%
Comgest Monde 5.05%
Russell Investments China Equity 4.89%
Mandarine Global Transition 4.77%
Lombard Odier Funds-World Brands 4.41%
MainFirst Global Equities Fund 4.33%
Templeton Asian Growth 4.32%
AXA WF Framlington Robotech 4.29%
DNCA Invest Beyond Global Leaders 3.94%
Echiquier World Equity Growth 3.51%
BNP Paribas Funds China Equity 2.45%
Pictet-Clean Energy 2.39%
Thematics Subscription Economy 1.70%
Pictet Biotech 1.37%
BGF World Technology 1.05%
Candriam Equities L Oncology Impact 1.00%
CPR Global Disruptive Opportunities -0.20%
MS INVF Global Insight Fund -1.16%
BNP Paribas Energy Transition -2.20%
Echiquier Artificial Intelligence -6.52%
Echiquier World Next Leaders -8.30%
M Climate Solutions -11.34%
Imprimer Envoyer l'Actu

Comprendre l'enjeu de la hausse des taux d'intérêt pour les marchés avec Carmignac…

La dernière note de Didier Saint-Georges, membre du comité d'investissement de Carmignac Risk Managers.

 

http://files.h24finance.com/jpeg/Didier Saint-Georges v3.jpg

Didier Saint-Georges

 

 

Nous indiquions dans notre Note de janvier que « l’année 2021 pourrait s’avérer plus complexe pour les marchés que ce qui semble généralement admis ». Cette mise en garde se confirme dès ce mois de mars, les marchés commençant à bruisser du risque que pourrait leur faire courir une poursuite de la hausse déjà enclenchée des taux d’intérêt à long terme, en particulier américains. Les taux d’intérêt ayant parfois la fâcheuse idée de prolonger leurs mouvements initiaux d’une accélération soudaine, il nous semble justifié d’expliquer davantage notre réflexion sur ce sujet dès maintenant.

 

L’expérience suggère qu’en général une hausse des taux d’intérêt dans sa phase initiale envoie un message plutôt favorable aux marchés d’actions : elle signale une embellie économique et ne menace pas encore une détérioration importante du coût du capital. Cette analyse est confortée aujourd’hui par le niveau absolu des taux d’intérêt, très loin de ceux qui historiquement ont pu poser un problème pour la valorisation des actifs risqués. Ces facteurs expliquent en grande partie que jusqu’à présent les marchés d’actions aient pris avec beaucoup de philosophie la volatilité subie par les marchés obligataires : les taux des emprunts d’État américains à dix ans sont passés en seulement deux mois de 0,9% à 1,47%, tandis que l’indice actions MSCI Monde a encore progressé de plus de 4% pendant cette période. Mais une prise en compte un peu plus large des éléments de contexte débouche sur un diagnostic plus complexe pour l’avenir.

 

 

Une année 2021 sous stéroïdes

 

Comme expliqué dans notre Note de janvier, la conjonction de politiques budgétaires et monétaires historiquement favorables, d’un effet de base hors normes, et de découvertes de plus en plus encourageantes concernant l’efficacité des vaccins va probablement produire en 2021, en tout cas aux États-Unis, l’un des plus forts rythmes de croissance économique depuis les années 1980. On ne saurait s’étonner dans ce contexte que les mouvements spéculatifs, dopés par une liquidité surabondante, se soient empilés sur l’optimisme de l’analyse fondamentale pour pousser les marchés actions toujours plus haut. Mais également que l’accélération du rythme de l’inflation, qui sera lui aussi gonflé par l’effet de base d’ici quelques mois (il s’était effondré avec la chute de la consommation et du prix du pétrole au printemps 2020), n’a jusqu’à présent été perçu que comme le symptôme heureux de la « normalisation » économique tant espérée.

 

La hausse de l’inflation réduira d’autant les taux d’intérêt réels (taux nominaux moins inflation) et rendra du même coup la dette plus supportable et l’attrait des actions plus évident encore. La question devient donc : des taux d’intérêt réels négatifs et la poursuite du « quantitative easing » sur un rythme inchangé pouvant de moins en moins se justifier dans une économie qui croît au rythme de 5% à 6%, quand les banques centrales risquent-elles de ruiner l’ambiance en pré-annonçant un resserrement de leur politique monétaire ?

 

 

Premiers signaux

 

Lors de son discours devant le Sénat américain le 23 février dernier, le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell a confirmé n’avoir aucune intention de durcir sa politique monétaire pour l’instant (après s’être un peu inquiétés les jours précédents, les marchés d’actions sont repartis de l’avant sur cette bonne nouvelle). Ce message corrobore celui qu’il avait passé l’été dernier lors du traditionnel sommet annuel des banquiers centraux à Jackson Hole : c’est la moyenne à long terme de l’inflation qui est ciblée désormais, et non plus son niveau immédiat. Donc, même si ce dernier venait à fortement accélérer dans les prochains mois, principalement par effet de base, la Fed resterait de marbre selon sa nouvelle doctrine. Pourtant, à peine quelques jours plus tard, les taux obligataires se tendaient de nouveau, et les marchés actions accusaient le coup.

 

 

Les marchés influencent la politique monétaire, au moins autant que l’inverse

 

L’explication de cette fébrilité tient à ce que, dans l’optimisme général, l’attentisme ostensiblement affiché par la Fed commence à faire craindre que, en cas de croissance toujours forte au-delà de 2021, la Fed doive alors précipiter d’autant plus le resserrement de sa politique monétaire pour éviter la surchauffe. C’est ce que l’accélération de la hausse des taux longs traduit : non seulement les anticipations d’inflation à moyen terme se sont tendues, mais celles des taux d’intérêt réels (au-delà de l’inflation) aussi. On notera de plus que la Fed anticipe aujourd’hui une croissance économique aux États-Unis de « seulement » 4,2% cette année. Ceci nous semble très en dessous de la réalité. Elle semble faire peu de cas du plan de sauvetage déjà voté par la Chambre des représentants de 1 900 milliards de dollars, bientôt vraisemblablement doublé d’un plan de dépenses d’infrastructures de taille similaire, et d’un rebond de la consommation probable à la faveur de l’immunité collective au coronavirus bientôt atteinte aux États-Unis. La reconnaissance un peu plus tard dans l’année de cette sous-estimation pourrait offrir à la Fed la justification d’une remise en cause de son attentisme. Autrement dit, en faisant chaque jour monter un peu plus les taux réels à long terme, les marchés signalent à la Fed qu’il y a un coût croissant à ne rien faire.

 

 

La clé du problème pour les marchés réside dans un changement de régime

 

La décennie qui a suivi la grande crise financière de 2008 a été caractérisée par des politiques monétaires extrêmement accommodantes, accompagnées de politiques budgétaires très timides, car contraintes par la doxa de l’orthodoxie financière. Il en est résulté des croissances économiques médiocres, donc des progressions salariales faibles, et en revanche des actifs financiers dopés par les taux bas.

 

La crise de 2020 a dynamité une première fois cette approche, en obligeant les gouvernements à tourner radicalement le dos à la rigueur budgétaire (voir notre Note de janvier « Le Virus et le Rubicon »). Puis Joe Biden, élu à la présidence des États-Unis, appuyé par une majorité absolue au Congrès, a complété la démolition de l’ancien régime en s’engageant sur un programme de relance budgétaire sans précédent, qui cible explicitement la croissance réelle et la réduction des inégalités. Autrement dit, au moment où étaient atteintes les limites de l’efficacité et de l’acceptabilité sociale du traitement de la crise par la seule politique monétaire, c’est la politique budgétaire qui a été brandie comme nouveau fer de lance de la politique économique.

 

Ce changement de régime a d’abord provoqué une hausse des anticipations d’inflation (puisque cette fois les consommateurs profiteront des mesures de soutien), qui ont grandement amorti pour les marchés actions la hausse des taux obligataires. Mais depuis quelques semaines les marchés obligataires, anticipant que la Fed devra à terme durcir sa politique, ont poussé les taux réels de long terme à la hausse. Cette configuration est naturellement beaucoup moins bénigne pour les marchés actions, qui à la toute fin du mois de février ont donc commencé à subir leurs premiers craquements. Il est encore trop tôt pour juger si la correction des marchés obligataires aura finalement raison de l’optimisme des économistes au-delà de 2021. Mais pour l’instant, le changement de régime des marchés invite à la prudence sur les marchés de taux comme sur ceux d’actions.

 

 

Que faire ?

 

Un régime de marché de plusieurs décennies ne s’inverse pas si facilement. Dans un premier temps, il est naturel qu’il soit précédé d’une hausse de la volatilité. Celle des marchés obligataires a largement commencé, celle des marchés d’actions suit logiquement. Pour cette raison, nous avons réduit ces dernières semaines l’ensemble des risques dans nos portefeuilles, tant obligataires qu’actions, par des opérations de couverture, sur le Nasdaq principalement et sur les taux longs américains. Dans le même temps, la croissance effective de l’économie au-delà du rebond de 2021 nécessitera encore beaucoup de soutien budgétaire, dépenses que la correction des marchés obligataires pourrait encore enrayer. Nous conservons donc précieusement en portefeuille, aux côtés des valeurs qui profiteront de la réouverture des économies, les valeurs de croissance dont nous avons la conviction que la visibilité sur leurs résultats ainsi que leur « pricing power » en cas de remontée de l’inflation seront des atouts précieux dans tous les scénarios.

 

 

Achevé de rédigé le 8/03/2021.

 

 

Pour en savoir plus sur les fonds Carmignac Risk Managers, cliquez ici.


OPCVM PEA Perf. YTD
Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Axiom European Banks Equity 42.42%
Echiquier Value Euro 24.80%
Quadrige Rendement France Midcaps 21.29%
Indépendance et Expansion France Small 21.02%
Mandarine Europe Microcap 20.74%
BDL Convictions 19.97%
Sextant PME 18.72%
Erasmus Small Cap Euro 18.45%
ODDO BHF Active Small Cap 17.55%
Uzès WWW Perf 17.15%
DNCA Invest SRI Norden Europe 16.88%
Sycomore Francecap 16.07%
FCP Mon PEA 15.95%
Amilton Premium Europe 15.52%
Norden SRI 15.36%
Tocqueville Ulysse 15.25%
Richelieu Family Small Cap 15.20%
Threadneedle Lux Pan European ESG Equities 15.13%
Generali France Future Leaders 15.01%
Moneta Multi Caps 14.97%
VEGA France Opportunités ISR 14.94%
ELEVA Leaders Small & Mid Cap Europe 14.84%
EdR SICAV Tricolore Rendement 14.64%
DNCA Invest Archer Mid-Cap Europe 14.63%
MainFirst Germany Fund 14.63%
Dorval Manageurs Europe 14.58%
G Fund - Avenir Small Cap 14.50%
Fidelity Europe 13.84%
Groupama Avenir Euro 13.45%
Erasmus Mid Cap Euro 13.42%
Tailor Actions Avenir ISR 13.37%
Flornoy Valeurs Familiales 13.26%
Otea Actions Europe 13.23%
Mandarine Active 12.34%
Candriam EQ L Europe Innovation 12.20%
Mandarine Unique 12.02%
COGEFI Prospective 11.89%
Montségur Dividendes 11.83%
Dorval Manageurs 11.62%
La Française Actions France PME 11.42%
C-Quadrat Europe Multicap 11.13%
Amplegest Pricing Power 10.98%
Kirao Multicaps 10.82%
Quadrator SRI 10.75%
Athymis Millennial Europe 10.48%
Montségur Croissance 10.39%
EdR SICAV Euro Sustainable Equity 10.38%
R-co Thematic Silver Plus 10.37%
Pluvalca Sustainable Opportunities 10.08%
ODDO BHF Avenir Europe 9.74%
OFI RS Equity Climate Change 9.54%
Sycomore Happy @ Work 9.17%
CPR Croissance Dynamique 9.03%
Pluvalca Health Opportunities 8.97%
Sycomore Eco Solutions 8.28%
Dorval Manageurs Smid cap Euro 8.24%
Tocqueville Megatrends ISR 7.44%
AXA IM Euro Sélection 7.08%
Sycomore Shared Growth 7.08%
Echiquier Positive Impact Europe 7.00%
Echiquier Agenor SRI Mid Cap Europe 6.51%
Gay-Lussac Green Impact 6.44%
Portzamparc Entrepreneurs ISR 5.74%
Mirova Europe Environmental Equity 5.09%
Richelieu CityZen 4.66%
Pluvalca Disruptive Opportunities 3.37%
OPCVM Obligations Convertibles Perf. YTD
Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Lazard Convertible Global 0.23%
Schelcher Prince Convertibles Global World -0.08%
M Global Convertibles -0.79%